Comment les entreprises peuvent-elles intensifier leurs actions pour limiter le changement climatique ?

Limiter le réchauffement climatique à 1,5 ° C est encore possible mais nécessite une transition rapide et profonde, nous avons seulement 12 ans pour réduire les émissions de CO2 de 45% par rapport aux niveaux de 2010.

Thursday, 13 December 2018 10:07:35

Mais à quoi ressemblerait une économie sobre en carbone ?



 Point de vue d'expert 

"L’Entreprise comme la Nature : un pas conscient vers le développement durable"


Le secteur privé, qui représente 60 % du PIB mondial et est la cause principale du réchauffement climatique (100 entreprises seules causent 71 % des émissions de gaz à effet de serre), doit prendre les devants en matière de changement climatique et faciliter le développement durable. Mais pour être efficace dans cette position, les entreprises ont besoin d’une prise de conscience radicale - de « Entreprise contre Nature » à « Entreprise comme Nature » - afin d’apprendre à collaborer avec la nature de manière symbiotique.

Navi Radjou, Auteur de Conscious Society: Reinventing How We Consume, Work, Relate, and Live (2019)"


 Point de vue d'entreprise 

Changement climatique : c’est à nous de relever le défi


De fait, le changement climatique met bien plus en péril notre mode de vie que nombre des menaces militaires du 20e siècle. Si nous nous accordons sur ce point pour la plupart, la mobilisation des dirigeants qui partagent nos idées et qui sont déterminés à empêcher la progression du réchauffement de la planète est encore bien trop modeste.


Paul Polman, PDG d'Unilever 

La concentration de dioxyde de carbone dans l'atmosphère terrestre a atteint 411 parties par million en mai 2018, pour la première fois de l'histoire. C’est le niveau de CO2 le plus élevé depuis 800 000 ans pour lesquels nous disposons de données fiables, selon la Scripps Institution of Oceanography de l’Université de San Diego. Tous les secteurs - énergie, agriculture, mobilité, numérique - assument une part de la responsabilité de ces émissions et par conséquent du changement climatique. Découvrez ci-dessous, pour chaque secteur, des projets concrets qui luttent contre le changement climatique ainsi que des points de vue d'experts et d'entreprises.


Et l'agriculture ?

L'agriculture est un contributeur principal du changement climatique, principalement par la déforestation et l'industrie d'élevage, pourtant de nombreuses alternatives et des modèles plus durables se développent partout dans le monde. L'agroforesterie, par exemple, offre une opportunité unique de combiner les objectifs d'adaptation et de mitigation au changement climatique. Comment pouvons nous assurer que nous produisons assez de nourriture de façon durable pour les générations à venir ?

Chiffre clé

L'agriculture, la foresterie et l'usage des terres représente 24% des émissions mondiales des gazs à effets de serre.

Source : Groupe Intergouvernemental sur le Changement Climatique


Quelques idées pour le climat

Saviez-vous que la digestion d’une vache émet du méthane, un gaz jusqu’à 28 fois plus nocif que le CO2 ? L’entreprise suisse Agolin a développé une recette à base de plantes pour réduire ces émissions. De l'autre côté de la Méditerranée, la filiale marocaine d’Éléphant Vert produit 50 000 tonnes de biofertilisants chaque année, pendant que l’industrie du cacao camerounaise parie sur l’agroforesterie pour restaurer ses sols et limiter les sécheresses. Dans le même pays, Save Our Agriculture a opté pour l’aquaponie, un circuit fermé où les excréments de poissons nourrissent les plantes qui filtrent leur eau. Le changement climatique rendant les précipitations de plus en plus imprévisibles, l’entreprise FuturePump commercialise des pompes d’irrigation solaires pour aider les petits propriétaires fermiers africains.




 Point de vue d'expert 

Une mine d'opportunités pour les entreprises et les forêts


Les emballages papier devraient augmenter de 4 % par an à l’échelle globale. [...] De pair avec l'utilisation croissante de la viscose et de la fibre de cellulose dans le secteur de la mode, on entend déjà le bruit des tronçonneuses rugir dans les forêts du monde entier.

Nicole Rycroft, Fondatrice et Directrice générale de Canopy


Point de vue d'entreprise

Quel avenir pour les enseignes de la grande distribution ?


"Alors qu’une majorité d’industriels tente de se réinventer, autant en fonction de l’évolution des usages que des questions éthiques et environnementales, qu’en est-il du secteur du retail ? Plus particulièrement, de nos fameuses enseignes de la grande distribution française, qui comptent toujours parmi les plus prestigieuses au monde ? Pour survivre au grand chamboulement emmené par la révolution digitale, il faut que ces entreprises soient à même de comprendre les enjeux – immenses – auxquelles elles font face, afin d’assurer leur pérennité."

Thomas Papadopoulos, Président du French Bureau


Et l'énergie ?

Le secteur de l'énergie représente 35% des émissions globales de gaz à effet de serre, ce qui en fait le plus gros contributeur au changement climatique. Partout, le secteur est en train de vivre une transition audacieuse vers les énergies renouvelables. Par exemple: le Costa Rica produit presque 100% de son électricité depuis des sources renouvelables. Comment assurer un accès égale aux énergies propres partout dans le monde ?


Chiffre clé

Quelques 1,06 milliards d'individus, principalement des ruraux, manquent toujours d'accès à l'électricité. La moitié d'entre eux vivent en Afrique sub-saharienne

Source : Nations-Unies



Quelques idées pour le climat


L’Angola, deuxième producteur de pétrole d’Afrique, s’oriente vers les renouvelables avec l’aide d’entreprises comme LTP Energias, dans l’optique de réduire de 35 % les émissions de CO2 du pays. Dans tout le continent, des systèmes ingénieux se déploient pour augmenter la consommation d’énergie solaire, à l’instar du pay-as-you-go. Au Luxembourg, SWIRL mise sur des petites éoliennes pour alimenter les relais de téléphonie mobile qui requièrent habituellement d’énormes volumes de diesel. En Chine, Pioneer Energy veut faciliter le stockage des énergies renouvelables grâce à un procédé thermique innovant. L’énergie peut également venir des déchets, comme en témoigne l’entreprise Green Energy & Biofuels, qui utilise de la sciure pour produire du bioéthanol au Nigéria. Parallèlement, en Russie, Wisesoil a créé un module de prétraitement capable d’améliorer le rendement de la production de biogaz pour rendre la digestion anaérobique économiquement viable.


Point de vue d'expert 

La décarbonisation de l’énergie doit prendre beaucoup plus d’ampleur


Le mix énergétique mondial était constitué en 2017 de plus de 85% d’énergie fossile selon l’Agence internationale de l’énergie. On retrouve en première place le pétrole à près de 35%, puis le charbon à 28% et le gaz naturel à 24%. Notre consommation quotidienne d’énergie est ainsi la principale contribution au changement climatique. Devant d’autres facteurs comme la déforestation ou le changement d’usage des sols.

Sylvain Boucherand and Charles Adrien Louis, cofondateurs de B&L Evolution



Point de vue d'entreprise 

Pour en finir avec le paradoxe de l'accès à l'énergie


Devons-nous choisir entre protection de l'environnement et volonté légitime de parvenir à la justice sociale et à des conditions de vie décentes dans les pays émergents et en développement ? Au nom de la protection de la nature, devons-nous laisser des milliards de personnes dans une situation de pauvreté et de sous-développement ? Un tel discours est à la fois faux et nuisible.


Isabelle Kocher, PDG d'ENGIE

Point de vue d'entreprise 

Total se donne 15 ans pour réduire de 15% l’intensité carbone de ses produits


Il n’existe pas de solution miracle, aucune n’est suffisante en elle-même, toutes doivent donc contribuer. Les leviers que nous avons définis sont stratégiques et modifient notre mix produits dans le sens du climat, tout en répondant, en particulier pour les quatre premiers, à l’évolution des marchés : l’efficacité énergétique des installations industrielles du Groupe, le développement intégré dans la chaîne du gaz, la croissance dans la production d’électricité bas carbone, la décarbonation des hydrocarbureset le stockage du carbone.

Etienne Anglès d’Auriac, Vice-President Climat de Total

*Cette section a été produite avec le soutien de ENGIE, TOTAL, SUEZ, BNPP et UN Global Compact..


Et le numérique ?

La toujours jeune industrie numérique devient rapidement un contributeur significatif au changement climatique à cause de sa consommation gargantuesque d'énergie. Au début de la chaîne, elle dépend également d'une extraction de métaux rares qui est coûteuse et polluante, souvent dans des zones en conflit. Internet peut-il devenir plus vert, meilleur, plus rapide et plus fort ?

Chiffre clé

Les data centers représentent 2% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Source : Yale Environment 360

Quelques idées pour le climat


Plus d’une personne sur deux a désormais accès à internet dans le monde. En Europe, la proportion atteint même 85 %. Mais pas de high-tech, pas d’internet — et pas de high tech sans métaux rares. Pour éviter de continuer à les extraire de la terre, l’entreprise française Morphosis récupère ces précieux métaux dans les déchets électroniques. Par ailleurs, la consommation énergétique des data centers ne cesse de croître. Face à ce défi, l’entreprise Qarnot a eu l’idée d’intégrer des serveurs informatiques à des radiateurs afin d’utiliser la chaleur émise par les serveurs pour chauffer les appartements et les bureaux.


Point de vue d'expert 

La transition énergétique est une transition métallique


Voitures électriques, éoliennes, panneaux solaires, villes et réseaux intelligents... Toutes ces technologies « vertes » et numériques ont en commun d'être fortement consommatrices de métaux. Des métaux de base tels que le fer, le cuivre ou encore le zinc ainsi que des « métaux rares » car moins abondants. Cobalt, tungstène, terres rares, tantale, vanadium, indium, gallium... recherchés pour leurs fabuleuses propriétés optiques, catalytiques ou magnétiques, ces « petits métaux » constituent le socle palpable des technologies vertes et numériques présentées comme respectueuses de l'environnement. Nous consommons déjà plus de deux milliards de tonnes de ressources minérales chaque année, soit environ de cinq cents tours Eiffel par jour.

Guillaume Pitron, Auteur du livre "La guerre des métaux rares - La face cachée de la transition énergétique et numérique" (Editions LLL)


Point de vue d'entreprise 

L’Internet des objets au service de la transition énergétique


La montée en puissance du numérique, notamment à la suite de l’irruption sur scène de l’Internet des objets (Internet of things, ou IoT), a ouvert une voie pour l’amélioration de l’efficacité énergétique au niveau mondial. Dans un contexte où la communauté internationale essaie de réduire sa consommation d’énergies fossiles, ce serait une grave erreur de rater cette opportunité.

Gilles Vermot Desroches, Directeur du Développement Durable à Schneider Electric

*Cette section a été produite avec le soutien de ENGIE, TOTAL, SUEZ, BNPP et UN Global Compact.


Et la mobilité ?

A cet instant, 9728 avions volent, ce qui signifie que 1,3 millions de personnes sont dans les airs. Aujourd'hui plus que jamais, la distance semble peu importante, comme si chacun pouvait aller n'importe où sur le globe en quelques heures à peine. Pourtant la mobilité est intimement liée à la pollution. Il est temps de remettre en cause pourquoi nous voyageons autant et d'imaginer une mobilité plus propre !

Chiffre clé

Les transports représentent 14% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

 Source : Groupe Intergouvernemental sur le Changement Climatique

Quelques idées pour le climat


En Inde, les tuk-tuks émettent 1% des émissions de CO2 du pays. C’est pourquoi Three Wheels United a développé des services financiers pour que les chauffeurs puissent passer plus facilement à des véhicules moins polluants. L’électromobilité fait bonne route en Espagne, où le réseau de stations de rechargement des véhicules s’étend à grande allure. En Italie, la startup GreenRail s’emploie également à rendre les transports plus respectueux de l’environnement en transformant les pneus en fin de vie en traverses de chemin de fer intelligentes et solaires.



Point de vue d'expert 

Les nouveaux imaginaires de la Mobilité


Ne vous fiez pas aux apparences, nous ne sommes qu’au début des transformations dans le secteur des transports. Et c’est tant mieux , cartant les défis à relever sont immenses : non-respect des plafonds en matière de qualité de l’air fixés par la Commission Européenne, fraude des constructeurs sur les émissions de NOx dans l’affaire DieselGate, secteur en tête pour les émissions de CO2, dépendance au pétrole et multiples formes d’exclusion notamment en dehors des villes.

GGabriel Plassat, directeur de La Fabrique des mobilités

Et la finance verte ?

Alors que la fréquence mondiale des transactions financières accélère, la finance verte en fait de même. Selon l'UNFCC, les émissions de green bonds devrait croître de 60% pour atteindre 250 milliards de dollars US en 2018. A leur niveau, les entreprises développent des outils pour encourager les investissements dans l'adaptation et la mitigation du changement climatique.

Chiffre clé

Plus de 1 300 entreprises avec des revenues combinés de 7 000 milliards USD utilisent actuellement un prix carbone interne, ou prévoient de le mettre en place dans les deux prochaines années.

 Source : Carbon Pricing Dashboard (Banque mondiale)


Quelques idées pour le climat


Au Brésil, des entreprises investissent activement dans des projets de reforestation pour préserver la forêt amazonienne. L’Europe prépare également un futur lumineux pour les investissements verts — la Bourse du Luxembourg a inauguré en 2016 le Luxembourg Green Exchange, première plateforme financière du pays dédiée aux titres verts. En France, le prix interne du carbone est implémenté de plus en plus par les entreprises, mais une question demeure : comment valoriser la tonne de CO2 ?

Point de vue d'expert 

Le financement mixte est-il la réponse au besoin de changement d'échelle d'infrastructures vertes ?


Vu la volonté politique, la disponibilité des énergies propres et l'intérêt croissant des investisseurs pour les "projets verts", pourquoi si peu sont implantés ? Une des deux raisons derrière cet échec du marché est le manque de projets prêts à l'investissement. Simplement dit, les projets rencontrant les attentes de potentiels investisseurs ne sont pas assez nombreux. Ce problème vient du degré limité de collaboration, de compréhension et d'interconnexion entre les acteurs impliqués au long du développement de projet et de la chaîne de valeur financière. 

John Tidmarsh, CIO of R20


Point de vue d'entreprise 

Le financement mixte est-il la réponse au besoin de changement d'échelle d'infrastructures vertes ?


Entre l’Accord de Paris et les Objectifs de Développement Durable, la communauté internationale a appelé tous les acteurs à l’action face au changement climatique. Si de nombreux projets à fort impact pour le climat naissent au quotidien, des barrières au changement d’échelle subsistent encore largement. Afin de les dépasser, il est essentiel d’opérer trois révolutions dans le monde de la finance : une de paradigme, une de méthode et une dernière de comptabilité. 

Antoine Sire, Directeur de l’Engagement d’entreprise, BNP Paribas

*Cette section a été produite avec le soutien de ENGIE, TOTAL, SUEZ, BNPP et UN Global Compact.


Et l'économie circulaire ?

Le modèle industriel actuel qui prend-fait-utilise-jette a montré ses limites à la fois économiques et environnementales. Approximativement 95% de la valeur économique des matériaux d'emballage plastique sont perdus chaque année, d'une valeur de 80-120 milliards de dollars US. L'économie circulaire est une incroyable opportunité pour générer des bénéfices économiques tout en adressant le changement climatique. Plongeons dans ce fascinant changement de perspective !

Chiffre clé

Adopter les principes de l’économie circulaire pourrait générer un bénéfice net de 1,8 trillion d’euros en Europe d’ici 2030. 

Source : McKinsey, 2015



Quelques idées pour le climat


Chaque année, 40 millions de pneus sont jetés au Mexique, mais plusieurs entreprises les recyclent pour faire des produits durables. Au Mexique également, EcoDom construit des maisons abordables et résistantes à partir de déchets plastiques pour les familles à faible revenu. Les déchets plastiques sont une ressource incroyable. Basée au Burkina Faso, l’entreprise TECO2 est spécialisée dans la transformation du plastique en toitures isolantes pour les maisons africaines. Vecteur de nouvelles opportunités économique, ce modèle circulaire a tout pour plaire, à tel point qu’une fondation italienne a même cartographié toutes les initiatives circulaires du pays.

Point de vue d'expert 

De déchets à ressources : la magie de l'économie circulaire


En 2050, il y aura 10 milliards de personnes sur la planète. Étant donné la raréfaction des ressources naturelles telles que l’eau douce, le pétrole ou le cuivre, on peut se demander: comment les entreprises survivront-elles ? Ou encore, qu'en sera t-il des êtres humains ? La bonne nouvelle est que nous avons déjà des solutions.

Matthieu Witvoet & Raphaël Masvigner de Circul'R


Point de vue d'entreprise

Les solutions de l’économie circulaire dessineront le monde de demain


Ce modèle économique représente une nouvelle façon d'être et d'agir. Il nécessite que toutes les activités industrielles soient mises en relation et partagent, plus que jamais, ressources et informations. Le recyclage du plastique, par exemple, implique une coopération entre l'industrie chimique, l’industrie pétrolière, l'industrie de l’emballage et bien sûr les consommateurs, qui orientent la demande avec leurs comportements d'achats et qui sont des acteurs clés dans l’amélioration du tri des déchets

Jean-Louis Chaussade, DG de SUEZ

*Cette section a été produite avec le soutien de ENGIE, TOTAL, SUEZ, BNPP et UN Global Compact.


Cette page a été créée dans le cadre de l'opération éditoriale Solutions&Co, soutenu par ma Solar Impulse Foundation, Global Compact France, Suez, ENGIE, BNP Paribas, and Total.